Le nord-ouest andin I: Cafayate et Cachi

Aujourd’hui, on change de mode de transport: une VW Gol (made in brasiouuuu!) presque neuve, louée chez Europcar. La conduite argentine se situe entre Palerme, Naples et Marrakech au niveau du code de la route. D’ailleurs, pour l’anecdote, un conducteur argentin sur deux n’a jamais lu ledit code de la route. En principe, la règle de base c’est: priorité à celui qui ne pourra pas freiner ;-)

Ensuite, il y a les routes: pas d’autoroutes multipistes, et beaucoup de chemins non goudronnés. Et toujours se renseigner pour savoir si la route n’est pas partie avec le dernier orage (surtout dans le Nord où l’été c’est la saison des pluies).

On a donc prévu un circuit en conséquence: La quebrada de Cafayate, quelques caves à Cafayate et remonter vers le Nord via les villages de Cachi et San Antonio de los Cobres. Pour finir: la Quebrada de Humahuaca et les montagnes multicolores de l’extrême Nord du pays.

Cafayate

La route de Cafayate est une des plus célèbre d’Argentine car elle traverse un canyon rempli de formations rocheuses bizarres: fissures, obélisques et châteaux de terre multicolore parsèment les 100km de la quebrada.

Arrivé au bout: pas de répit, la petite ville de Cafayate est aussi célèbre pour ses vins,Cafayate notamment le Torrontés (blanc très fruité, style petite arvine en moins doux). Donc on a mis en place une opération bodegas pour le lendemain… On était restés déçus à Mendoza par l’aspect commercial de toutes les visites, mais ici, c’est la campagne, et on sait recevoir: visite et dégustation vont de pair… Avec au passage quelques découvertes comme la bodega Nanni, qui fait 4 vins bios d’excellente qualité: Cabernet, Malbec, Tannat et Torrontés, tous excellent mais malheureusement pas exportés en Europe. Et dire que tout ça pousse à 1700m d’altitude…

La route de CachiLe lendemain, au programme: 150 km de ripio con muchas calaminas d’après l’office du tourisme. Les calaminas sont les petites vaguelettes formées par le sable et qui démontent la voiture boulon par boulon si on les passe à plus de 30 km/h…

Comme prévu, on a mis environ 5 heures pour le trajet, mais vu les paysages, ça n’a paru long que pour les amortisseurs de la Gol. Un pause midi à Molinos, village perdu au milieu de nulle part, couronné de son église en terre du 17ème siècle et on repart vers Cachi…

Cachi

Cachi est préservé des hordes de touristes par ses deux routes d’accès en très mauvais état. Sinon, vu le côté pittoresque du lieu, le village serait envahi par les tours organisés et les macdos. Bon, peut-être quand même pas les macdos…

Pour le moment, seuls quelques routards incrédules prennent un café sur la place et s’interroge sur la hauteur des trottoirs (au moins 50-70 centimètres)…

Après avoir trouvé la réponse – quand il pleut, il pleut beaucoup et ça évite les inondationsParque Nacional Los Cardones – on est repartis vers la vallée, dans le but de remonter par la route vers San Antonio de los Cobres. Pour ça, il faut d’abord passer au travers du parc national Los Cardones, créé pour sauvegarder les cactus géants (les cardones). Ça semble marcher plutôt bien, vu les millions de cactus qui parsèment le parc. Peu après, changement de décor, la brume s’installe et l’herbe devient verte: normal, on doit grimper à 3400m pour mieux redescendre la Cuesta del Obispo, direction Salta.

Le paysage magnifique du col est l’exact antithèse de la route: un simple chemin de terre, raviné par la pluie et un brin glissant, vu l’humidité. Et quand on croit qu’on est tiré d’affaire, de retour sur le bitume on doit traverser une rivière façon Camel Trophy sans être sûrs que la Gol (et notre franchise avec) ne se fasse emporter par l’eau boueuse.

Arrivés en bas, on cherche un peu la route vers San Antonio de los cobres, qui suit le parcours du Tren a las Nubes. Le train est au repos actuellement, car la voie a été emportée par les intempéries du printemps. Après quelques mètres et presque autant de torrents à traverser, on se rend compte que ce sera pire que le tronçon précédent et on se demande si on ne devrait pas abandonner…

La suite au prochain épisode.

2 Responses to “Le nord-ouest andin I: Cafayate et Cachi”


  1. 1 Estelle

    j’espère que vous pourrez vous en sortir indemnes…… et que vous allez gagner le camel trophy de l’année prochaine…. bisous à vous 2…

  2. 2 Cathy

    Hé coucou, vous voulez pas nous envoyer un peu de chaud svp. Ce matin il y avait de la neige. C’est sur que les skieurs sont contents mais moi veux le printemps, le vrai!!!!!!! Comment se passe votre rallye???? Bisous Cathy

Comments are currently closed.